kwame nkruma 2

L’avenue Kwame Nkrumah a été le théâtre de tirs nourris hier. (image d’archives aux fins d’illustrations)

La paisible Avenue Kwame Nkrumah de Ouagadougou a replongé dans son récent passé traumatisant.

Hier dimanche 13 août à 21h30, des tirs nourris à l’arme de guerre et se déplaçant ont été observés en plusieurs endroits, alors que nous nous y trouvions.  Ils se situaient dans les environs du  triangle  formé  par l’hôtel Bravia et les restaurants  La Véranda et Paradis des meilleurs vins, et aussi de la base de l’armée de l’air située un peu plus loin.

Ces tirs qui ont commencé à gagner en intensité, ont provoqué une grande panique sur l’Avenue Kwame Nkrumah. Les Ouagalais qui étaient allés passer une soirée tranquille sur les  terrasses des nombreux restaurants et fast-food qui jalonnent cette voie, ont dû détaler dans tous les sens. Nombre d’entre eux rencontrés, se désolant d’avoir dû délaisser des objets de valeur sur les tables qu’ils occupaient.

On ne pouvait que comprendre cette grande panique. Ces tirs sont survenus à seulement quelques 50 mètres de l’endroit où a eu lieu l’attentat terroriste de janvier 2016 qui avait frappé le Splendid Hôtel et le restaurant Cappuccino et fait 30  morts.

Les Ouagalais avaient fini par digérer ce traumatisme et s’étaient remis à fréquenter la nuit  l’Avenue Kwame Nkrumah. Le Splendid Hôtel a rouvert il y a quelques mois après avoir fait peau neuve. Le restaurant Cappuccino l’a imité il y a moins d’un mois.

Des témoins plus proches des faits évoquent la piste terroriste.

Nous y reviendrons.

John G. Gogouahi