ta lou 200 m

Marie-Josée Ta Lou (à droite) est entrée dans le gotha des meilleures sprinteuses du monde.

Bis repetita! La sprinteuse ivoirienne Marie-Josée Ta Lou est devenue vice-championne du monde aux Mondiaux d’athlétisme de Londres en arrivant deuxième de la finale du 200 m féminin en 22’’05 (nouveau record de Côte d’Ivoire). Après avoir réalisé cette même performance à la finale du 100 m dimanche.

Elle a terminé dernière la Néerlandaise Dafne Schippers, double tenante du titre, qui a établi un temps de  22’’05, soit un écart de 3 centièmes de seconde. Elles ont terminé loin devant la Bahamienne Shaunae Miller-Uibo, 3ème en 22’’15.

Dafne Schippers prend ainsi sa revanche sur sa rivale ivoirienne. Puisque celle-ci l’avait surclassée dimanche en finale du 100 m arrivant 2ème derrière l’Américaine Tori Bowie tandis que la Néerlandaise terminait 3ème. Celle-ci a finalement relevé la tête hier sur sa distance de prédilection.

Mais avec cette deuxième médaille d’argent acquise hier, Marie-Josée Ta Lou réalise un véritable tour de force à ces Mondiaux d’athlétisme de Londres : elle est double vice-championne du monde du 100 m et du 200 m. Elle égale ainsi la performance de sa compatriote Murielle Ahouré établie en 2015.

Mais, il y a surtout que Marie-Josée Ta Lou confirme par ces résultats sa grosse progression depuis 2015. Championne d’Afrique du 100 m, 4ème sur cette distance aux JO de Rio, elle s’est installée sur la deuxième marche des meilleures sprinteuses du monde, ne perdant que d’un centième de seconde au 100 m. Surtout lorsque l’on tient compte du fait qu’elle a failli mettre fin à sa saison dès le début de cette année. « J’ai commencé l’entraînement en janvier et j’ai stoppé en février parce que j’étais blessée et je me rappelle quand j’ai été obligée d’appeler mon coach pour lui dire que je voulais arrêter ma saison. Je ne pensais pas être à ce niveau jusqu’à cette compétition. C’est une grâce et je ne peux que remercier Dieu et tous ceux qui m’ont soutenu. Et là c’est une belle revanche sur Rio », a-t-elle indiqué.

Tous les spécialistes de l’athlétisme s’accordent à dire que Marie-Josée Ta Lou a encore une large marge de progression devant elle.

John G. Gogouahi