Longtemps, les sénégalais attendaient cette mesure, mais maintenant, elle est officielle. A partir du 1er juillet 2013, les étrangers, en provenance des pays de l’Union européenne comme la France, devront présenter un visa biométrique pour être autorisés à entrer dans le territoire sénégalais.

Sénégal : la réciprocité des visas en vigueur en juillet

Sénégal : la réciprocité des visas en vigueur en juillet

C’est officiel. Le gouvernement sénégalais a décidé d’imposer, à compter du 1er juillet 2013, la délivrance d’un visa biométrique pour tous les étrangers se rendant au Sénégal. Les ambassades et autres consulats accrédités dans le pays sont déjà informés. Ils ont reçu vendredi un courrier du ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur les informant de la décision du gouvernement d’instaurer la réciprocité des visas avec les pays qui exigent aux Sénégalais un visa pour entrer dans leur territoire.

Cette mesure rentre en vigueur à compter du 1er juillet 2013. Les ressortissants de ces treize pays sont concernés : France, Espagne, Belgique, Etats-Unis, Italie, Chine, Cameroun, Inde, Allemagne, Mauritanie, Afrique du Sud, Russie, Gambie. Les frais de visa sont fixés à 50 euros, hors de frais de traitement, pour un séjour de moins de 90 jours.

Les détails de la procédure n’ont pas encore été dévoilés mais, il est prévu que les demandes de visa soient réalisées en ligne et que des bornes d’enrôlement et de délivrance soient installés dans les aéroports du Sénégal et aux postes frontières. La délivrance des visas serait gérée par la société SNEDAI (Société nationale d’édition de documents administratifs et d’identification qui opère déjà en Côte d’Ivoire), dans le cadre d’une convention de concession de cinq ans renouvelables.

Cette mesure d’imposer un visa d’entrée à certains citoyens européens, particulièrement aux citoyens français, est une forte demande de la population sénégalaise. Qui s’est plainte auprès des autorités françaises au Sénégal sur des mesures sélectives d’obtention de visas qui tendent un peu plus les relations diplomatiques entre les deux pays.

En outre, le président de l’Assemblée nationale sénégalaise, Moustapha Niasse, n’a pas manqué de se plaindre auprès de son homologue français Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale française de passage à Dakar, à qui, il a demandé d’humaniser la gestion et le traitement des demandes de visa d’entrée et de séjour en France.
PAR KHALIL DIEME

africatime.com